top of page
  • Photo du rédacteurAudrey

Comment tenir vos bonnes résolutions

Dernière mise à jour : 21 févr. 2022

Chaque nouvelle année ou nouveau cycle débute avec l’envie de changement de renouveau. 2022 ne fait pas exception pour bon nombre d’entre nous, nous voici donc dans une période de volonté réelle de changement, d’amélioration et de prise de conscience. Mais voilà, encore faut-il aller de la volonté vers la volition.


Qui n’a jamais pris ou entendu ses proches et amis prendre une « bonne résolution » ? La conscience du besoin de changement est souvent présente, mais à la longue la volonté finit par disparaître. Cette année encore, nombreuses seront les résolutions qui resteront de simples paroles et s’envoleront dans le temps ou seront remises à plus tard ! Tenir vos résolutions est une tâche qui peut sembler difficile, mais pas impossible. Pour ça, il vous suffit de comprendre les mécanismes du changement et de poser de bons objectifs.

Pourquoi changer d’habitudes est aussi difficile ?

La réponse est simple, parce que le changement remet en question notre besoin de sécurité. Tout changement fait peur et la peur nous amène au stress ! Et oui, une vie routinière limite les dépenses énergétiques et le stress… Notre cerveau est conservateur par nature, pour lui, la répétition ancre les apprentissages, réduit les dépenses énergétiques et limite le stress. Alors que changer, c’est aller vers l’inconnu, (RAPPEL : l’inconnu étant l’un des 4 facteurs du stress avec le contrôle, la nouveauté, et l'égo menacé), c’est bousculer les processus établis au niveau neurologique qui permettent de fonctionner en pilote automatique. Pour atteindre un objectif, il faut souvent composer avec deux types de désirs, les désirs posés par les besoins instantanés et ceux correspondant à des projets à long terme. Pour un but lointain (arrêter de fumer, réviser pour passer un examen, perdre du poids…), le désagréable est immédiat, alors que les avantages (une meilleure santé, un nouvel emploi,…) sont différés. C’est pourquoi bien poser un objectif devient important.


Il faut tenir à une résolution parce qu’elle est bonne, et non parce qu’on l’a prise. François de La Rochefoucauld


Prendre une résolution, c'est poser des objectifs

Les résolutions traduisent toujours la volonté d’atteindre un but. Il convient donc au préalable de définir clairement les objectifs à mettre en place pour atteindre votre but. L’objectif / résolution étant l’ensemble des petites actions, des petits changements (le court terme) qui permettront d’atteindre le but ultime (le long terme). Un objectif est une cible, ce que vous devez atteindre dans le but de quelques choses. Vous fixer des objectifs clairs vous aide à vous sentir plus optimiste, plus positif, et surtout moins stressé en plus de booster votre confiance en soi, car un objet bien posé est un objectif atteint ! Définir des objectifs clairs dans tous les domaines de votre vie est la clé pour réussir à tenir vos résolutions, atteindre ce que vous voulez.


SMART, la méthode infaillible pour poser vos objectifs !

Manger sainement, faire du sport, se cultiver, acheter un appartement, ... : tous ces résolutions peuvent être SMART et doivent l’être si vous souhaitez vraiment les tenir. Vos objectifs doivent remplir un certain nombre de critères si vous voulez les atteindre. En d’autres termes, les objectifs mal définis sont perdus d’avance. SMART (intelligent en anglais) est un acronyme utilisé dans la culture Anglo-Saxonne pour résumer les caractéristiques qu’un objectif doit posséder. Utiliser cette méthode est un bon moyen pour vous fixer des objectifs et les rendre aussi clairs et réalisables que possible. Voici ci-dessous quelques détails sur cette méthode :


SPÉCIFIQUE : Rendre votre objectif clair et précis plutôt que général permet de se concentrer sur les petites étapes nécessaires pour atteindre le but final.

Conseils pratiques : Écrivez votre objectif noir sur blanc et en faire une phrase cohérente. Posez-vous la question : « Si je partage cet objectif avec un inconnu, comprendra-t-il ce que je vise sans besoin d’explication ? » Si tel n’est pas le cas, revoyez votre objectif et précisez votre aspiration.

Exemple : Sarah décide de se remettre à la musique. Elle se fixe pour objectif : faire de la musique. Cet objectif est-il spécifique ? Non, un inconnu qui lirait l’objectif de Sarah ne saurait pas si elle désire écrire ou jouer de la musique, de quel instrument et à quel niveau. Des objectifs plus concrets pourraient être faire du piano chaque jour ou jouer Clair de lune de Claude Debussy.

MESURABLE : C’est un critère qui permet d’avoir une idée de l’évolution de votre projet en cours d’exécution et quand il est atteint. Il sert à obtenir des informations sur ce qui a déjà été accompli et sur ce qui reste à faire.

Conseils pratiques : Une fois votre objectif défini, posez-vous la question : « Est-ce qu’une personne extérieure sera capable d’évaluer (dans un mois ou dans un an) si l’objectif est atteint ? » Si tel n’est pas le cas, votre objectif n’est pas assez mesurable. Tâchez de le quantifier ou de le découper en sous-objectifs quantifiables. Choisir l’unité, la quantité ou le mode de mesure qui vous convient. Pour certains poser un objectif de course 3 fois par semaine, pour d’autres courir 25 kilomètres sera plus motivant. Pour certains, avoir une bonne nuit de sommeil sera dormir 8 heures, pour d’autres simplement se coucher avant minuit. Trouvez ce qui marche le mieux pour vous personnellement et expérimentez.

Exemple : Gabin pratique le sport, mais son niveau d’activité physique a été en dents de scie ces derniers temps. Il souhaite se fixer un objectif pour se motiver et être plus régulier : avoir un bon niveau au tennis. Cet objectif est-il mesurable ? Non, son objectif doit être plus « objectif », par exemple atteindre un classement 30/2 ou prendre au moins un set à son ami Pierre.

ATTEIGNABLE : Rendre ses objectifs réalisables. Si vos objectifs sont trop ambitieux, vous élevez les risques d’échouer.

Conseils pratiques : Si vous n’arrivez pas à atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé malgré tous vos efforts, c’est que vous avez visé trop haut. Dans ce cas baissez la barre jusqu’à ce que vous y arriviez sans que ce soit pour autant chose aisée. Si votre objectif est ambitieux, fixez-vous alors des échéances intermédiaires.

Exemple : Antoine ne fait plus trop de sport ces dernières années. En voyant une course de triathlon à la télé, il se fixe pour objectif de finir le marathon de Paris. Il décide alors de s’entraîner 15 heures par semaine pour atteindre son objectif. Son objectif est-il atteignable ? Non, compte tenu de son inactivité depuis plusieurs années. Ce volume d’entraînement d’un seul coup va le démotiver, il ne va certainement pas tenir le rythme et surtout s’exposer à un risque élevé de blessure. Antoine peut commencer par un volume moindre, disons 5 heures d’entraînement hebdomadaire par exemple, et laisser son corps s’adapter avant de passer à 7, puis 10, etc. Il peut également se fixer un objectif intermédiaire tel que finir un marathon départemental de moindre distance dans l’année. Antoine pourra viser le semi-marathon la saison suivante puis finalement le marathon de Paris la saison d’après.

RÉALISABLE : Rester réaliste en s’assurant d’être en mesure de pouvoir effectuer toutes les tâches pour atteindre votre objectif. Vérifiez que votre objectif correspond bien à vos engagements de temps et à vos capacités actuelles.

Conseils pratiques : Essayez d’évaluer le temps que vous prennent en moyennent vos différentes activités, par semaine par exemple, pour déterminer s’il y a des incompatibilités.

Exemple : Lucie est très occupée dans son travail. Elle gère un projet important et sait qu’elle peut être promue dans les 3 mois qui viennent. Elle fait du sport 2 fois par semaine et se consacre aussi à sa vie familiale et sociale. Elle est également tentée par l’idée d’apprendre l’espagnol à raison de 3 heures par semaine. Cet objectif est clairement défini, précis et chiffré. Il serait atteignable dans des conditions normales mais Lucie ne va pas pouvoir faire fasse au volume de travail pour être promue ET apprendre une langue étrangère tout en maintenant ses autres activités. Par contre, elle peut démarrer son nouvel objectif plus tard, une fois que la période intense de travail sera passée : commencer dans 3 mois à apprendre l’italien à raison de 3 heures par semaine

TEMPOREL : Quel que soit le type d’objectif que vous vous fixez, il doit être limité dans le temps, afin d’éviter qu’il ne stagne. Il est bon de définir une certaine contrainte temporelle, un certain délai à respecter, afin d’engendrer le dynamisme nécessaire à sa réalisation.

Conseils pratiques : Ne visez pas trop loin dans le futur, ne dépassez pas un horizon d’un an dans la plupart des cas. Si vous avez un objectif sur du long terme, il est préférable de le traduire en habitudes.

Exemple : Sophie souhaite perdre du poids après sa grossesse. Elle s’est fixée comme objectif de retrouver son poids de forme, soit 68 kilos. C’est spécifique, mesurable et atteignable ! Il ne manque plus que la date et son objectif sera « SMART », par exemple : retrouver mon poids de forme de 68 kilos d’ici 8 mois.


Attention à ne pas poser un grand nombre d’objectifs simultanément pour ne pas déployer une énergie trop grande qui va vous épuiser et vous amener à l’échec. Posez un ou plusieurs objectifs successifs pour atteindre votre but.


Quelques conseils pour accompagner le changement

  • Stopper l'inertie, passer à l'action : Le plus dur est d’amorcer le mouvement, le changement, de commencer quelque chose, car de nombreuses résistances ou croyances limitantes, en plus de notre cerveau, nous empêchent d’avancer au quotidien. Pour vaincre l'inertie, il suffit d'agir, arrêtez de penser, comparez, interrogez, en résumé :Arrêtez d'y penser, commencer maintenant ! Une fois le changement amorcé, l’énergie déployée pour suivre l'objectif est beaucoup moins importante que lors de sa mise en action et l'automatisation arrive à partir d'une vingtaine de jours.

  • Remplacer plutôt que stopper : Il sera plus facile de changer une habitude plutôt que de l'arrêter net. Votre cerveau sera moins en état de choc et les nouvelles connexions cérébrales liées à cette nouvelle habitude se feront plus facilement.


J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a apporté la motivation et les connaissances qui vous aideront dans vos projets. Se prendre en main ne signifie pas faire des choses extraordinaires, c'est simplement devenir acteur de sa propre vie et ça commence par les petites choses du quotidien. Alors n'attendez plus, et faites de cette année VOTRE année.



Pour plus d’informations sur les séances avec Audrey MACHEMIE Sophro-Naturolgue Certifiée, je vous invite à me contacter par mail ou au 06.43.19.13.76

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page